La question n’est pas des moindre, comment introduire un bol de cristal dans un soin ? Mais avant de répondre, sachez que les clés ne sont pas techniques. Il n’y a ni fiche pratique, ni mode opératoire incontournables.

Il existe en revanche des petites clés à ne pas oublier, des petites recommandations qui peuvent vous aider à bâtir votre propre séance.


Définissons le paysage de cet article :

Nous appelons ici « soin » tout accompagnement individuel ayant pour objectif de concourir au bien-être de la personne. Pour les professionnels de l’accompagnement, le bol de cristal peut, biensur, s’inscrire dans le processus de leur soin à visée thérapeutique.

Le fait d’avoir des outils, y compris un bol de cristal, ne fera pas de vous un thérapeute, évidemment ! En revanche, la connaissance expérientielle que vous allez développer avec lui, va avoir une incidence réelle sur le soin que vous prodiguez et les accompagnements que vous réalisez.


1ere clé : connaitre les langages de votre bol de cristal

Avant toute chose, il s’agit d’accueillir chez soi un nouveau compagnon cristallin. Cela signifie que vous allez initier une relation inédite avec vous-même ! Pour entrer en amitié sincère avec vous, il vous faudra donner place et sens à cet instrument sacré dans votre quotidien. Et, chemin faisant, vous allez percevoir que son langage vibratoire varie…

La spirale peut être plus ou moins rapide. La montée sonore peut varier. Il se peut que son volume sonore sature plus vite que d’habitude…etc.

Si votre bol de quartz est nettoyé d’un point de vue énergétique, il s’agit alors de champs informationnels qu’il capte et restitue ! Voici la clé ! Plutôt que de vouloir à tout prix qu’il chante « comme d’habitude », vous allez vous placer dans une écoute attentive.

Vous allez également vous placer à l’écoute de vous-même et de ce que vous vivez en ce moment pour identifier :

  • les pensées qui vous animent
  • les émotions qui s’y lient
  • les croyances sous-jacentes

Pour structurer votre découverte, vous pouvez « cartographier » les langages de votre bol de cristal chantant et les noter ! Vous allez relié ses jeux spiralés à ce que vous dégagez. Petit à petit, vous affinerez votre écoute jusqu’à relier le langage du bol à des émotions particulières ou des états de l’être que vous saurez reconnaitre. Ce travail se mettra au service de votre soin, comme un petit guide indicateur !

Dans tous les cas, considérez votre bol de cristal comme un grand communiquant qui interagit en permanence et sans jugement avec son environnement. Donc, plus vous connaitrez ses caractéristiques énergétiques et vibratoires, et plus vous allez pouvoir communiquer avec lui et favoriser votre perception de ce qui se joue dans l’environnement, y compris dans l’environnement subtil.


2eme clé : Écoutez la personne qui vient vous rencontrer en soin

Biensur, les Sons des bols de cristal ont quelque chose de magique. Ils œuvrent même sans votre volonté ! Les personnes voient « s’envoler » leur douleur, se sentent apaisées, plus positives en fin de séance, et elles perçoivent même le changement du bol si vous en jouez en début de séance et à la fin. Tout se réalise naturellement !

Cependant, vous avez une responsabilité dans l’utilisation cet outil, du fait même de ses propriétés. Et vous allez parfois devoir adapter votre proposition sonore et vibratoire.

En effet, le quartz qui compose un bol de cristal, possède des propriétés particulières :

  • Il est, entre autres chose, semi-conducteur et mémoriel.
  • Il amplifie aussi toutes les informations qui sont dans ses champs énergétiques.

Donc, il est de bon augure d’écouter attentivement la personne qui vient bénéficier de ces sons, car certaines de ces personnes sont en fragilité ; elles sont donc plus vulnérables que d’habitude. Et dans la relation, c’est celui des deux qui a le plus conscience des choses qui engage sa responsabilité en conscience.

Vous pouvez tenter de percevoir si les sons à fréquence cristal sont adaptés ou non. Et s’ils le sont, comment ?

Voici 2 exemples classiques et des propositions de perspective :

1. Une personne extrêmement fatiguée, ou déprimée, qui présenterait un niveau vibratoire bas. Elle traverserait un épisode de vie avec un deuil (réel ou symbolique) … Votre bol de cristal, lui, déploie un champ de haut niveau vibratoire. L’écart entre les deux est parfois trop grand pour un accordage énergétique. Le résultat, c’est que la personne peut se sentir « vidée » en fin de séance. diminuez le temps d’exposition aux fréquences cristal. montez lentement l’intensité de la spirale maitriser le « volume » sonore pour que la personne puisse entrer en résonance sans se sentir agressée ou bien vous décidez en accord avec la personne de ne pas utiliser votre bol de cristal.

2. Une personne en apparence stressée, ou qui se sentirait en « chaos intérieur ». Elle paraitrait agitée (tachypsychie) ou parlant beaucoup (logorrhée)… sa pensée semblerait « partir » un peu dans tous les sens (trouble de la concentration) et elle manifesterait de l’anxiété… Votre bol de cristal va amplifier ce que vit la personne (jusqu’à 15.000 fois disent les textes védiques) Le résultat, c’est que la personne peut se sentir « perdue » en fin de séance. Elle peut exprimer un sentiment d’impuissance ou encore le sentiment d’être prête à « exploser » ! Accordez temps et écoute au mal-être de cette personne. Écouter ne veut pas dire proposer des solutions ou des conseils… Puis accompagnez une profonde relaxation par quelques sonorités et votre voix off, car c’est dans un nouvel état d’être qu’elle pourra enclencher des processus d’autoguérison.

Si vous vous sentez en limite de compétence, pour quelque raison que ce soit, n’hésitez jamais à réorienter la personne !


3ème clé : Structurez la séance de soin avec les sons

Il est toujours agréable d’avoir quelques repères temporels durant une séance. Pour vous et pour la personne accueillie. Vous pouvez également les expliquer aux personnes, ce qui est rassurant, surtout si c’est la première fois !

N’hésitez pas faire écouter le bol de cristal avant le début de la séance. La personne sera moins surprise par sa sonorité et sa puissance, et vous pourrez ainsi recueillir son accord préalable. Vous pouvez aussi imaginer l’utiliser à certains moments-clé.

Par exemples : le nettoyage des corps subtils en début de séance l’harmonisation en fin de parcours. en début de soin pour induire un état alpha. dans le corps de la séance, avec une intention que verbalise la personne…

En fait, il y a autant de possibilités que de tisseurs de sons !

L’essentiel, c’est la conscience et le sens que vous allez donner à la présence des fréquences cristal dans votre accompagnement ! La position de la personne durant le soin :

  • Allongée ou confortablement assise dans un fauteuil, les yeux clos, elle va passer en cycle alpha plus facilement. Ceci va aider à la détente voire à la relaxation profonde, physique, psychique et mentale.
  • La position verticale, debout, va l’obliger à une présence différente, plus consciente de ce qui se vit en elle et autour d’elle.En revanche, elle ne lâchera pas forcément prise avec la réalité extérieure ! De plus, elle peut rester « accrocher » à son activité mentale…

Donc vous allez évaluer la situation de soin et l’adapter selon les personnes tout en respectant l’esprit de votre soin ! Faites-vous confiance, le prendre-soin est assez naturel en fait.


4eme clé : Ce n’est pas vous qui soignez !

En réalité, ce que déploie votre bol de cristal, ce ne sont pas que des sons ! C’est avant tout une énergie pure et très subtile que vous allez activer au service d’autrui ! En d’autres termes, ce n’est pas vous qui soignez… vous, vous êtes le témoin… C’est la personne elle-même qui active ses chemins d’autoguérison, tout comme elle érige les défenses et obstacles qui l’en empêchent. Être le témoin, c’est une posture qui nous place d’emblée au service de cet autre que soi.

Ce n’est pas une posture muette, mais elle nous confère une place où nous sommes conscients qu’il y a toujours quelque chose de plus grand que nous, et que la liberté de l’être, face à nous, ne nous appartient pas !


Nous sommes juste présents dans cette parenthèse de vie, afin qu’il puisse cheminer de manière la plus autonome possible vers un état où le processus d’autoguérison se met en route… Et nous ne sommes que celui ou celle qui tisse les sons sur les fils invisibles de la trame de la vie… avec conscience, maîtrise et intentionnalité !


Namaste les Cristallins