Les origines des bols de cristal chantants


De tout temps, au cœur des mémoires de la Terre, l’homme a utilisé les Sons.

Bien avant de les mettre en harmonie sous forme de musique, il les utilisait, pour fournir un rythme à son travail, pour faire fuir les animaux, pour invoquer l’esprit des ancêtres, pour appeler à lui la protection de ses dieux… Les instruments les plus anciens étaient aussi utilisés lors de cérémonies rituelles comme le passage à l’âge adulte, les naissances et autres célébrations…etc.


L’homme reproduisit les Sons de la vie qui l’entourait, puis il y inscrivit le rythme et des mélodies… enfin, il introduisit au cœur du vivant la dimension sacrée et curative des Sons…
Il existe par ailleurs toute une cosmogonie foisonnante de mythes et de légendes, de dieux et de déesses reliée aux Sons et à la musique… Toutes les grandes Traditions utilisent le Son comme médiateur avec le Très-Haut.

Chez les chamanes, gardiens du savoir et du sacré, l’instrument de prédilection par excellence, c’est le tambour. Il permet d’entrer en contact avec le monde des esprits. Il est aussi l’instrument de l’extase et de la possession, il facilite le passage du monde visible au monde invisible…  permettant ainsi au chamane, grâce au rythme, d’entrer dans un état de conscience modifiée. Depuis le XXème siècle, la disparition accélérée des sociétés chamaniques traditionnelles et la nécessité de sauvegarder des pratiques en danger d’extinction a amorcé un retour de la pratique chamanique en Occident. C’est un retour aux sources, une réappropriation d’une partie de notre patrimoine culturel qui a survécu à des siècles de répression.

Chez les aborigènes, l’outil sacré est un tronc de bois utilisé comme instrument à vent : le didgeridoo. Une légende raconte d’ailleurs son origine: « Au commencement, tout était froid et sombre. Bur Buk Boon était en train de préparer du bois pour le feu afin d’apporter protection, chaleur et lumière à sa famille. Bur Buk Boon remarqua soudain qu’une bûche était creuse et qu’une famille de termites grignotait le bois tendre du centre de la bûche.
Ne voulant pas blesser les termites, Bur Buk Boon porta la bûche creuse à sa bouche et commença à souffler. Les termites furent projetées dans le ciel nocturne, formèrent les étoiles et la Voie lactée, illuminant le paysage.
Et pour la première fois le son du didgeridoo bénit la Terre-Mère, la protégeant elle et tous les esprits du Temps du rêve, avec ce son vibrant pour l’éternité. »
   
Chez les bouddhistes, les bols tibétains ou bols chantants en métaux,  sont nés dans la région de l'Himalaya. Ils sont aujourd’hui de renommée planétaire.  Leur origine remonterait à l’ère prébouddhique Bön où dominait le chamanisme. Leurs chants dateraient donc au moins du VIIIème siècle.
Les bols chantants étaient à l’origine produits dans tout le Tibet, puis dans le nord de l'Inde et au Népal. Les bols traditionnels étaient réalisés à partir d'une plaque d'alliage et façonnés au marteau. Aujourd’hui, les bols tibétains modernes fabriqués en Chine ou en Inde, sont industriels et tournés à la machine.
Les bols chantants tibétains sont souvent désignés comme un outil mystique de méditation et un outil thérapeutique en regard de leur pouvoir de guérison. Ils sont utilisés depuis des siècles au Népal et au Tibet par les moines pour la méditation, la musique cérémonielle, les offrandes rituelles… etc. Ils sont également pratiqués en tant qu’instruments traditionnels de musique. Enfin, les bols tibétains sont utilisés pour la guérison, en  massage sonore dans l’harmonisation des chakras par exemple. Ceci étant, ils sont déviés de leur fonction première puisqu’ils étaient destinés à la cuisine dans les foyers tibétains et népalais.

Chez les « marcheurs de conscience » des mondes modernes et les « éveillés sauvages » du XXIème siècle, le bol de cristal chantant est sans nul doute le nouveau médiateur de connaissance de soi et d’éveil intérieur. Il ouvre à des champs de conscience multiples grâce à ses fréquences de Sons multidirectionnels et procure détente et relaxation profondes. Les bols en cristal sont en quartz naturel auquel peut se marier des matériaux nobles comme l’or, l’argent ou le platine dont les fréquences singulières se tissent à celle du minéral de base.

Si nous observons bien, tout est Son ! Et le Son est aussi un médium au service du sacré ! Lorsqu’il est émis avec du quartz en vibration, ce sont des vagues d’énergie cristalline qui viennent à notre rencontre et inonde le monde ; celui que nous sommes comme celui où nous vivons, car vraisemblablement… il s’agit du même !